Autres erreurs fréquentes

D’autres types d’erreurs sont souvent rencontrés lors des interventions en pharmacie. Le “réflexe correcteur” en est un exemple.

Cela arrive lorsqu’on met de l’avant nos connaissances pour “corriger” la perception du patient. Si, à ce moment, le patient n’est pas réceptif à notre conseil, il y a un risque de provoquer de la résistance ou de mettre le patient “sur la défensive”. 

Par exemple, si vous dites: “Vous devez prendre vos médicaments pour être en santé”, le patient peut se dire: “Je ne les prends pas et je me sens bien. Pourquoi ne pas continuer comme ça?”

Assurez-vous de toujours avoir le consentement du patient ainsi que son attention avant de prodiguer un conseil.

“Aimeriez-vous que je vous explique…”

Évitez également d’argumenter avec le patient, cela ne fera que renforcer son opposition. Personne n’aime avoir tort! Aussi, assurez-vous de ne pas discréditer sa position, même si elle ne rejoint pas la vôtre. Il faut plutôt valoriser le patient et l’amener à trouver en lui la motivation pour changer.  

“Vous voulez prendre la bonne décision. Que pensez-vous de…”

Enfin, pensez à éviter le “Pourquoi”, qui peut donner l’impression que vous confrontez le patient. “Pourquoi ne prenez-vous pas vos médicaments” peut être perçu par celui-ci comme un reproche ou une “accusation”. Allez-y plutôt avec une phrase neutre qui montre que vous acceptez le patient tel qu’il est: “Plusieurs personnes trouvent ça difficile de devoir prendre un médicament tous les jours. Comment cela se passe-t-il pour vous?”